Mots et couleurs

textes auto-biographiques anciens et actuels, poésie, chansons, contes et nouvelles

25 novembre 2011

lettre d'Amérique


Lundi 30 Août
Marthe, ma Marthoune,

Pourquoi à toi cette occasion de lire cette occasion d’écrire ?
Pourquoi pas ?
Pendant qu’au fil des rues de Boston – larges, spacieuses, américaines – mes pas récapitulaient les souvenirs de mes yeux, histoire d’économiser mes pas futurs, je me sentais tout doucement guidée vers toi, ma douce pour continuer mon journal de voyage.
Journal-voyage : deux mots enchanteurs qui vont si bien ensemble pourvu qu’on le veuille.
Non que je n’ai encore des choses à dire à Sarah mais pour lui parler d’un musée pour enfants, je préfère faire appel à référence pédagogique sérieuse.
Je suis devant ce Children’s museum( prononcer Hum !) que je viens juste de quitter. Avant de t’en dire du mal, je préfère décrire le banc d’en face et la grand-mère hindoue qui s’y est posée pour tricoter. Les cheveux sont gris, sagement noués en un petit chignon sur la nuque qui, en plus de la couleur, a même taille et position que celui de ma maman. Les lunettes sont épaisses, le sari bleu-pâle, aux motifs imitation broderie angaise : un comble !mais je n’aperçois pas- désolée !- la couleur de la laine. Si la grand-mère se détourne tant soit peu, je te renseignerai davantage. Gris, les pigeons qui picorent les restes des repas que l’on débite dans une monstrueuse bouteille devant le soi-disant musée ( le kiosque a forme d’une bouteille)
Oh ! le mari, le père ou beau-père viennent de s’asseoir près de la tricoteuse. Superbes turbans, blanc-crème pour l’un, bordeaux pour l’autre.
La place s’est vidée de ses grappes d’enfants accrochés aux parents. L’entrée du musée-entre-guillemets est gratuite. Sa fréquentation assurée, le Mac Donald et la bouteille à fast-food tout proches. Mr Mac Do est le papa du musée. Ce qui explique si ce n’est tout, du moins beaucoup de choses.

Pierre va sortir dans un instant de sa consultation avec un de ces Américains haute-gamme « The computer museum »( prononcer Hume). Il lui aura laissé, comme je l’ai déjà espéré dans un de mes soupirs précédents, les circuits bien intégrés et les puces imaginatives.
Fin des médisances. Ou presque. Le temps n’y est pour rien, ma visite pour quelques chose et mes jambes sans doute pour beaucoup. Encore qu’elles cherchent à me faire plaisir en ce moment. Elles me supportent !
La grand-mère hindoue s’éloigne avec ses deux petites filles. Elle est remplacée par …

2 commentaires:

Blogger julie70 a dit...

Aout ou Novembre, vous êtes ou êtiez a Boston! Aime bien cette ville, tellement des souvenirs! Macwords et mon fils y était pour une année aussi

vendredi, 25 novembre, 2011  
Blogger Solange a dit...

Vous lire c'est comme si on y était.

vendredi, 25 novembre, 2011  

Enregistrer un commentaire

Abonnement Publier les commentaires [Atom]

<< Accueil